F2 : Au XXe siècle, l’homme et son rapport au monde à travers la littérature et les autres arts

Les questions du programme:

– En quoi le XXe siècle a-t-il modelé l’homme moderne ?

– Les mythes appartiennent-ils seulement au passé ?

– Comment la lecture d’œuvres littéraires permet-elle de s’interroger sur le rapport de l’homme au monde ?


La violence des deux guerres mondiales ébranle les certitudes de l'Homme moderne, confronté à la folie collective de ses contemporains. Parallèlement, l'accélération des progrès techniques modifie sa vie quotidienne. La littérature et les arts expriment les doutes ressentis par l'nomme moderne face à tous ces bouleversements.

En quoi le xxe siècle a-t-il modelé l'homme moderne ?

1. La marche de l'Histoire

Le xxe siècle est celui des grands conflits idéologiques. À deux reprises, démocraties et dictatures s'affrontent lors de guerres qui concernent l'humanité tout entière.

La Première Guerre mondiale (1914-1918) envoie des millions d'hommes à la mort dans les tranchées. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) pousse l'horreur jusqu'à l'univers des camps d'extermination et l'utilisation de l'arme atomique. La seconde moitié du siècle voit le monde coupé en deux blocs incapables de communiquer.

EXEMPLE

Les romanciers comme Louis-Ferdinand Céline, André Malraux, Primo Lévi ou Albert Camus dénoncent les atrocités dont ils sont les témoins et qui leur donnent le sent/ment de vivre dans un monde absurde, dont ils ne comprennent plus le sens.

2. Les bouleversements de la vie quotidienne

Parallèlement, les sociétés modernes passent d'un mode de vie rural adapté au rythme des saisons à un mode de vie industriel et citadin, dans lequel tout s'accélère. La vie quotidienne et les rapports qu'entretiennent les hommes s'en trouvent bouleversés. Les progrès technologiques et scientifiques qui accompagnent ces bouleversements modèlent un homme nouveau, qui s'interroge sur sa propre condition. Dans le sens de l'objet d'étude, l'homme moderne désigne l'être humain actuel dont la manière de voir le monde a été marquée par les bouleversements du XXe siècle.

EXEMPLE

Les sciences humaines, comme l'ethnographie, la psychanalyse ou la sociologie, aident peu à peu à mieux comprendre le regard que l'homme porte sur lui-même et sur le monde.

Les mythes appartiennent-ils seulement au passé?

1. Qu'est-ce qu'un mythe?

Le mot mythe vient d'un mot grec qui signifie «récit». Il est une histoire qui a pour objectif d'expliquer les mystères de la création du monde, les origines de l'homme et ses rapports avec les dieux. Le mythe a donc une signification profonde qui nous renseigne sur l'image que l'homme a de lui-même à une époque ou une autre.

EXEMPLE

Le mythe d'Icare fait le récit d'un homme orgueil/eux, qui se brûle les ailes pour avoir voulu se rapprocher des dieux.

2. Les mythes aujourd'hui

Les mythes sont un besoin fondamental des êtres humains qui s'identifient à leurs héros. Un sportif exceptionnel peut ainsi être qualifié de «mythique». La société de consommation se crée ainsi, en permanence, de nouveaux mythes qui mettent en évidence les valeurs contemporaines : mythe de l'éternelle jeunesse, mythe de l'amour romantique, mythe de la puissance virile d'une automobile...

EXEMPLE

Les artistes, les scientifiques ou encore les publicitaires montrent que les mythes antiques comme par exemple celui de Narcisse (l'amour excessif de soi) ou de Prométhée (le défi lancé aux dieux ou à la nature) continuent à éclairer les comportements modernes.

Comment la lecture d’œuvres littéraires permet-elle de s'interroger sur le rapport de l'homme au monde?

Les œuvres littéraires offrent au lecteur un nombre infini de regards sur le monde, sur le passé et sur le présent. Le roman, mais aussi la poésie ou le théâtre stimulent l'imagination du lecteur en lui faisant vivre des existences qui ne sont pas la sienne : les personnages de fiction représentent des questions humaines universelles. Les œuvres littéraires mettent également en place des mythes et des symboles qui répondent aux différentes questions que se pose l'homme sur son rapport au monde.

EXEMPLE

Le romancier Albert Camus, en écrivant l'histoire de la peste qui sévit à Oran dans les années 1940, fait l'allégorie du mal qui ronge les hommes à la même époque et qui conduira aux horreurs de la guerre.


Connaissances littéraires

1. Mythes et figures mythiques

Les mythes sont des récits fabuleux et le plus sou- ( vent anonymes. Leur sens symbolique fonde une culture commune à tous les membres d'une même société, parfois à tous les hommes. Les mythes expliquent ainsi la fondation de l'univers, des hommes, des cités. Ils ont une origine religieuse et expliquent ainsi les rapports de l'homme avec les dieux. C'est de cette manière que les mythes trouvent des clés d'explication au monde réel en envisageant sa création mais aussi sa fin, en donnant du sens aux actions et à la vie de chacun.

EXEMPLE

Les récits sur l'origine de l'univers mettent en place l'image du chaos (désordre) dans lequel un créateur vient mettre de l'ordre pour y faire vivre les hommes.

2. L'expression du doute et de la révolte face au monde moderne

La littérature du XXe siècle, mais aussi l'ensemble des autres arts, revisitent les mythes anciens pour exprimer leurs doutes et leur révolte devant le monde moderne, pour mieux comprendre les grands problèmes posés à la condition de l'homme. Des écrivains comme Jean Giraudoux, Jean Anouilh ou Jean-Paul Sartre reprennent les figures mythiques de l'Antiquité dans leurs œuvres.

EXEMPLE

Antigone, qui s'oppose au roi dans la tragédie grecque, symbolise ainsi la résistance française à l'occupation allemande.

3. L'influence des nouvelles sciences humaines sur les arts

L'apparition de nouvelles sciences humaines apporte un regard neuf sur la condition humaine, mais aussi sur les habitudes culturelles et les productions artistiques. En transformant notre compréhension du monde, la psychanalyse, l'ethnologie et la sociologie exercent une influence considérable sur toutes les formes d'art.

Sigmund Freud fonde la psychanalyse en insistant sur le rôle de la sexualité et de l'inconscient dans les comportements humains. Cette découverte de l'inconscient et de l'importance du rêve a eu une grande influence sur de nombreux artistes, écrivains, cinéastes, peintres et sculpteurs, et notamment sur le mouvement surréaliste d'André Breton.



Les mots du bac

Altruisme : terme est de la même famille que autre et autrui. L'altruisme est le souci désintéressé d'autrui, il marque le désir de s'ouvrir aux autres.

Introspection : du latin intro (à l'intérieur) et spectare (regarder). Il s'agit de l'observation de sa propre Conscience afin de se comprendre et d'analyser les raisons de ses faits et gestes

Monde moderne : monde qui s'adapte aux bouleversements, aux innovations et aux progrès de son époque.

Condition humaine : Sort, destinée, avenir et questions de quelqu'un, d'un groupe.

Mythes : Récit mettant en scène des êtres surnaturels, des actions imaginaires, des fantasmes collectifs, etc.

Idéal humain: modèle exemplaire.

Séance 3: De nouveaux moyens d'expression au XXe siècle.

La littérature et les autres arts s’emparent des bouleversements du XXe siècle qui deviennent des thèmes majeurs de la création artistique.

Ces thèmes vont également donner de nouvelles formes d’expression.


Question 1 : Utilisez votre tablette pour consulter les nouveaux moyens d'expressions artistiques. Vous pouvez suivre l'ordre que vous voulez !

En littérature : Deux extraits : Jean GIONO, Le Grand Troupeau, et Primo LEVI, Si c'est un homme.

Au cinéma : Un extrait du début du film « Hiroshima, mon amour » d'Alain Resnais

En poésie : Calligramme d'Apollinaire « La colombe poignardée et le jet d'eau »

En peinture : Prezi sur le parcours d'une artiste : Niki de Saint Phalle.

Question 2 : Choix des questions

En 2h, vous devez répondre à plusieurs questions que vous choisissez.

• La première heure doit être passée à consulter tous les supports et choisir les questions auxquelles vous allez ensuite répondre.

• La seconde heure doit être passée à rédiger correctement les questions précédemment choisies.

Contraintes :

  • 4 Questions minimum / 6 Questions maximum
  • Au moins deux niveaux différents de question parmi les trois.
  • Au moins trois des quatre « moyens d'expression » doivent être utilisés.

Pour répondre aux questions, vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous:

Ressources utilisées:

La littérature : témoin des secousses du XXe siècle

L'horreur de la déshumanisation : de la guerre de 1914 à la Shoah

Deux extraits :1 - Jean GIONO, Le Grand Troupeau, 19312 - Primo LEVI, Si c'est un homme, 1947

Texte 1 :

Jean Giono (1885-1970) a évoqué dans plusieurs de ses romans les combats de la guerre de 1914-1918, dont l'horreur a fait de lui un pacifiste intransigeant.

On entendait passer le silence avec son petit crépitement électrique. Les morts avaient la figure dans la boue, ou bien ils émergeaient des trous, paisibles, les mains posées sur le rebord, la tête couchée sur le bras. Les rats venaient les renifler. Ils sautaient d'un mort à l'autre. Ils choisissaient d'abord les jeunes sans barbe sur les joues. Ils reniflaient la joue puis ils se mettaient en boule et ils commençaient à manger cette chair d'entre le nez et la bouche, puis le bord des lèvres, puis la pomme verte de la joue.

Jean GIONO, Le Grand Troupeau, 1931

Texte 2 :

Primo Levi (1917-1987) est un chimiste italien juif qui a survécu à la Shoah ; il est devenu écrivain pour témoigner de son internement au camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz à partir de février 1944.Il finira par se suicider en 1987.

Dans cet extrait, le narrateur a réussi à entrer à l'hôpital, le K.B. : il échappe aux longues journées de travail et a le temps de réfléchir.

Peut-être pourrons-nous survivre aux maladies et échapper aux sélections, peut-être même résister au travail et à la faim qui nous consument: et puis ? Ici, momentanément à l'abri des avanies [vexations] et des coups, il nous est possible de rentrer en nous-mêmes et de méditer, et alors tout nous dit que nous ne reviendrons pas. Nous avons voyagé jusqu'ici dans les wagons plombés, nous avons vu nos femmes et nos enfants partir pour le néant ; et nous, devenus esclaves, nous avons fait cent fois le parcours monotone de la bête au travail, morts à nous-mêmes avant de mourir à la vie, anonymement. Nous ne reviendrons pas. Personne ne sortira d'ici, qui pourrait porter au monde, avec le signe imprimé dans sa chair, la sinistre nouvelle de ce que l'homme, à Auschwitz, a pu faire d'un autre homme.

Primo LEVI, Si c'est un homme, 1947.

Le cinéma

« Hiroshima, mon amour » d'Alain Resnais, 1959

La poésie

Calligramme d'Apollinaire « La colombe poignardée et le jet d'eau », 1918.

La Peinture

Prezi sur le parcours d'une artiste : Niki de Saint Phalle.