Règles et exercices divers

Petit rappel sur les nouvelles règles orthographiques

  • Plus d'accent circonflexe sur les i et u (maître, croûte → maitre, croute ), sauf pour les conjugaisons, pour différencier deux homonymes (sur et sûr) et pour les noms propres et leurs adjectifs (Nîmes)
  • Même orthographe pour les mots d'une même famille : bonhommie (bonhomme), charriot (charrette), imbécilité (imbécile) ;
  • Les mots d'origine étrangère prennent un s au pluriel (des spaghettis) et beaucoup perdent leur trait d'union (weekend, statuquo) ; et d'autres en récupèrent : des après-midis, des porte-monnaies…
  • On emploie l’accent grave (plutôt que l’accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), et au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder. Ex. : évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient
  • Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots. Ex. : aiguë, ambiguë → aigüe, ambigüe ; ambiguïté → ambigüité ; arguer → argüer
  • Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français. Ex. : des matchs, des miss, révolver

«Sansponctuationonn'ycomprendrien». C'est ainsi (en latin ou en grec), qu'étaient écrits les premiers textes. C'est surtout à compter des XIIe et XIIIe siècles que la ponctuation prit forme. Point, point d'interrogation, virgule,... sont autant de signes conventionnés qui donnent de la respiration au texte et permettent une lecture fluide.

Outre qu'elle est indispensable à la lecture, la ponctuation peut parfois modifier le sens de la phrase ; comparez :

II a pris une photo du haut des arbres

et

Il a pris une photo, du haut des arbres.