G1. La recomposition du territoire urbain en France : métropolisation et périurbanisation

Les questions du programme:

Depuis 2007, la moitié de la population mondiale vit en ville ; cette part ne cesse de progresser. Cette urbanisation s’accompagne d’un processus de métropolisation : concentration des populations, des activités et des fonctions de commandement. En France, plus de 80 % de la population vit dans des aires urbaines dont 60 % au sein d’un pôle urbain. La France compte 14 unités urbaines de plus de 400 000 habitants.

L’unité urbaine de Paris rassemble plus de 20 % de la population urbaine française (y compris les DROM). Plus de la moitié de la population française vit dans les villes petites et moyennes. Un nombre croissant d’actifs travaille dans les pôles urbains tout en résidant à l’extérieur de ceux-ci. Ce mouvement, choisi ou subi, lié en partie à l’essor de l’automobile et à l’accroissement des prix de l’immobilier dans les centres- villes, touche toutes les villes depuis les années 1960.

Situé dans l’aire urbaine, au-delà des banlieues, aux frontières de l’espace rural, l’espace périurbain - marqué notamment par la discontinuité du bâti - est une interface évolutive entre le monde rural et le monde urbain. En 2014, selon l’INSEE, 30 % de la population française habite dans l’espace périurbain, dans des communes urbaines (plus de 2000 habitants agglomérés) ou des communes rurales (moins de 2000 habitants agglomérés).

La périurbanisation est caractérisée par une grande diversité de réalités territoriales et de modes de vie. Le mode de vie des habitants des espaces périurbains est fortement marqué par la question des mobilités (pour le travail, les loisirs, les achats) : ces déplacements se font en direction de la ville-centre et/ou des territoires de proximité, selon les équipements et les services disponibles. Les formes d’habitat y sont multiples. Les activités sont le résultat du desserrement urbain et/ou d'implantations ex nihilo (surfaces commerciales, centres de recherche, zones d'activités diverses notamment de logistique, espaces de loisirs) et d’aménagements. La prédominance de l’habitat individuel dans des zones résidentielles, l’extension des zones d’activités, le développement d’espaces de loisirs sont source de conflits d’usage* avec les activités agricoles et les espaces « naturels » (espaces forestiers, parcs naturels régionaux, etc.).

Les dynamiques urbaines en France sont contrastées, entre des villes petites et moyennes caractérisées par la fermeture de commerces et la diminution des services de proximité (services de santé par exemple) accueillant des populations fragilisées par la crise, et des espaces en croissance démographique bénéficiant de la dynamique des pôles urbains.

À leur échelle, certaines communes périurbaines peuvent proposer une manière d’habiter répondant à des objectifs sociaux (vie associative, mixité sociale …) et de développement durable : (agriculture de proximité, circuits courts …).

Cours

I - Des territoires urbains métropolisés

• À l’échelle des métropoles, la mondialisation agit comme un puissant facteur de recomposition. Les centres-villes sont de plus en plus connectés au monde en raison de la concentration des fonctions supérieures et décisionnelles dans la finance, l’administration et la gestion des entreprises transnationales.

• Le paysage des grands pôles urbains se renouvelle avec l’émergence de quartiers à l’architecture futuriste (tours, design innovant). Ces activités attirent une population de plus en plus nombreuse de sorte que la ville, après s’être densifiée, s’étale sur l’espace rural proche : les espaces périurbains accueillent des équipements modernes, mais aussi des zones d’activités et des quartiers résidentiels reliés par de véritables autoroutes urbaines.

II - Le périurbain, une nouvelle manière d’habiter la ville

• La métropolisation conduit à la formation de vastes aires urbaines. La périurbanisation est alors nourrie par l’afflux de population rurale éloignée des pôles urbains et par le désir de citadins d’habiter à la campagne, plus accessible financièrement. Elle concerne des catégories socioprofessionnelles variées et donne lieu à des formes caractéristiques : les lotissements pavillonnaires.

• Tournée vers le pôle urbain, la population périurbaine en adopte les modes de vie, y exerce souvent sa vie professionnelle et ses loisirs. Cela génère d’importantes mobilités dans les aires urbaines (notamment en automobile). Si certains espaces périurbains sont dynamiques et attirent des entreprises, d’autres voient leur activité et leur population se réduire.

III - Aménager l’urbain pour un développement durable

• Les dynamiques d’étalement urbain autour des grandes métropoles interrogent le développement durable de ces territoires. C’est pourquoi les acteurs de l’aménagement s’engagent dans des politiques territoriales répondant aux objectifs de développement durable. Ils réservent des espaces verts au cœur des zones à forte densité, équipent des bâtiments en énergies renouvelables, multiplient les écoquartiers, y maintiennent la mixité sociale.

• Ces politiques visent aussi à préserver l’environnement, par exemple en limitant la pollution de l’air et l’artificialisation des sols et en veillant à éviter les conflits d’usage. De nouvelles zones d’activités périurbaines, mêlant des espaces industriels, résidentiels et commerciaux, se développent afin de réduire les besoins en mobilité.

LE B.A. BA:

Notions importantes

Développement durable : développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs

Objectifs de développement durable : adoptés par l’ONU en 2015, les 17 ODD déterminent le programme de développement durable à l’horizon 2030.


Aménagement : orienter la répartition des populations, leurs activités, leurs équipements dans un espace donné.

Mobilité : rapport social au changement de lieu, c'est-à-dire comme l'ensemble des actions qui permettent le déplacement des personnes et des objets matériels. Ex: les transports routiers; ou encore partir travailler à l'étranger.

Conflits d’usage : conflit entre des acteurs dont l’enjeu est l’appropriation d’un espace ou d’une ressource.

Habiter : Habiter un lieu, c'est exister et prendre place dans la société, c'est pratiquer les usages communs du quotidien qui sont directement liés à l'habitat : manger, se divertir et se détendre, travailler

Aires urbaines : ensemble de communes constitué d’un pôle urbain (unité urbaine qui offre plus de 1 500 emplois) et des couronnes périurbaines.

Périurbain: espace aux formes d’habitat diversifiées, dont au moins 40 % des actifs travaillent dans un pôle urbain.

Espace rural : espace de faible densité dont le paysage est dominé par la végétation et l’agriculture.

Exode rural : expression qui désigne le transfert durable de populations vivant en zones rurales vers des zones urbaines.


  • Territoire : Espace sur lequel un pouvoir exerce sa souveraineté.

  • Intercommunalité : coopération entre communes. Les moyens financiers et matériels sont mis en commun pour concrétiser des projets cohérents à différentes échelles.

  • Collectivités territoriales : niveaux locaux de gestion des différents territoires (communes, communautés de communes, départements, régions, collectivités d'outre-mer)

  • Gestion durable des territoires : aménagement qui prend en compte la croissance économique, le développement humain, social et la protection de l'environnement.


Faits marquants

  • Années 1960 : il faut équilibrer le territoire. Acteur : l'État.

  • Années 1980 : Il faut reconvertir et développer les régions. Acteurs : L'Europe, les régions.

  • Années 2000 : Il faut renforcer la compétitivité des territoires. Acteurs : Europe, État, régions.


  • 1963 : Création de la DATAR

  • 1975 : Création du conservatoire du littoral

  • 1981-1982 : loi Defferre sur la décentralisation.


Capacités travaillées

Analyser un paysage urbain ou périurbain à partir d’une photographie ou une image satellite pour réaliser le croquis d’un aménagement.

Décrire et expliquer les mobilités et les activités du quotidien d’un habitant d’une métropole ou d’une commune périurbaine (à l’oral ou à l’écrit).

Identifier les acteurs intervenant dans l’aménagement d’un territoire périurbain (schéma, texte…).

Confronter des points de vue sur un aménagement périurbain (débat) en exerçant son esprit critique.